Carpe Alsace
Amis, vous qui venez sur cette page, soyez les bienvenus.

Que vous cherchiez à découvrir notre passion ou que vous soyez à la recherche d’une information liée à la pêche en générale de la Carpe, sachez que ce site vous est dédié

L'équipe CarpeAlsace à décidé de laisser un accès aux visiteurs à une majorité de rubriques, sans pour autant avoir accès à tous les sujets et thèmes présents sur le forum, notamment images
N'hésitez pas à vous inscrire pour les découvrir et voir les images rattachées à ces sujets, une équipe agréable et une ambiance familiale est présente quotidiennement







CarpeAlsace vous souhaite une agréable visite sur le site et le forum,
Des articles et des dossiers, montages carpe, technique carpe, vidéos, récits, astuces sont régulièrement mis en ligne pour le bonheur des lecteurs, les divers sujets et questions lancés par les membres apportent richesse et diversité au forum.

Pour découvrir et vivre avec nous cette passion, il suffit de vous inscrire, nous vous accueillerons avec le plus grand plaisir

A très bientôt

Roger
Administrateur CA
Partagez
avatar
Rédacteur et modérateur
Rédacteur et modérateur
Mon prénom : YANNICK
Localisation : Burnhaupt le bas
Age : 36
Carpiste : entre 15 & 20 ans
Date d'inscription : 16/07/2008
Voir le profil de l'utilisateur
04122008
LES CANNES

L'entretien régulier des cannes est une nécessité qui se fait moins ressentir depuis l'apparition de matériaux totalement imputrescibles pour la fabrication des blanks, tels que la fibre de verre et la fibre de carbone, et leurs composites. Pour les anneaux, c'est un peu la même chose, l'usure est pratiquement inexistante sur les anneaux en oxyde d'aluminium, le carbure de silicium (ou silicon carbide, SIC), et ses successeurs, est encore plus résistant. Les ligatures sont souvent faites en fil synthétique protégé par un revêtement époxy d'une résistance exceptionnelle.

Mais ne me faite pas dire ce que je ne pense pas ! Certes, on peut pêcher toute une vie avec la même canne sans jamais passer le moindre coup de chiffon dessus et sans que la canne en souffre le moins du monde, sous la crasse elle est presque comme neuve... Oui mais... Déjà, esthétiquement ce n'est pas vraiment ça, mais l'esthétique ce n'est pas tout, d'ailleurs une belle canne ne prendra pas mieux qu'une canne sale, le problème se situera principalement au niveau des anneaux.

Suivant les eaux prospectées, celles-ci sont plus ou moins chargées en substances dissoutes et en matières en suspension. Lors de la récupération de la ligne, l'eau entraînée par celle-ci va se déposer sur les anneaux, l'eau s'évapore par la suite en laissant sur place tout ce qui n'est pas volatile. Si on ne nettoie pas régulièrement les anneaux, on ressent rapidement aussi bien au lancer qu'a la récupération une friction au niveau des anneaux, on peut non seulement perdre en distance et en précision de lancer, mais aussi user prématurément la ligne voir les anneaux.




Le blank :

Rien de bien compliqué, généralement un nettoyage avec un détergent type liquide vaisselle avec une éponge est suffisant, suivi d'un rinçage à l'eau claire. Essuyer les brins avec un chiffon doux.

Si on fait rentrer de l'eau dans les brins, volontairement ou pas, il faut chasser le maximum d'eau, soit à l'air comprimé si c'est possible (si le brin est ouvert aux deux bouts), soit en posant un chiffon sur le sol et en laissant "tomber" le brin (gros bout en bas) dessus d'un hauteur d'un vingtaine de centimètres. En répétant la "chute" plusieurs fois il ne reste qu'une faible quantité d'eau à l'intérieur. Les brins sont ensuite laissés à sécher en position verticale.

Les emmanchements :

C'est un point critique à surveiller attentivement sur une canne, il faut être attentif lors de chaque emboîtement et chaque déboîtement à toute anomalie, le moindre grain de sable peut faire des dégâts considérables si on ne fait pas attention, heureusement on s'en rend compte très rapidement. Il faut alors stopper immédiatement tout mouvement et déboîter en douceur avant de parfaitement nettoyer les deux parties.

Outre un nettoyage soigné et périodique, il faudra également surveiller l'apparition de jeu. Avec les emmanchements inversés cela ne doit normalement pas arriver, le rattrapage du jeu étant automatique, c'est la même chose dans une moindre mesure avec les emmanchements par spigot. Par contre pour les emmanchements classiques et les télescopique cela peut rapidement prendre des proportions très gênantes. On peut rattraper un léger jeu à l'aide de colle cyanoacrylate en couche mince essuyées à l'aide d'une feuille de papier avant séchage.

Pour éviter l'apparition d'une usure prématurée on peut frotter un morceau de paraffine sur le partie male de l'emmanchement, cela permet aussi d'éviter les blocages.

Les anneaux :

Les anneaux sont très faciles à nettoyer, avec du papier absorbant on forme une mèche plus ou moins importante suivant l'anneau et on fait plusieurs aller et retour à l'intérieur de l'anneau avec cette mèche. Normalement cela se fait à sec, si le dépôt est un peu gras, on peut s'aider d'un peu de détergent.

Une fois ce nettoyage effectué, il est indispensable d'inspecter attentivement chaque anneau à la recherche de rayures ou de traces d'usure, au moindre doute il ne faudra pas hésiter à remplacer l'anneau défectueux.

La poignée :

Certes, une poignée patiemment patinée par la main du pêcheur et le mucus des poissons c'est joli, certes... Mais arrive un moment ou ça fait vraiment crado ! Alors il faut se résoudre à éliminer cette "patine" de temps en temps pour avoir le plaisir d'en voir apparaître une nouvelle.

Les poignées en matériaux synthétiques se nettoient sans problème avec un détergent, de l'eau et une éponge.

Les poignées en liège peuvent être traitées de la même façon, mais même en frottant bien on arrive rarement à retrouver le couleur originelle du liège. Pour ça, l'eau de Javel fait des merveilles, on en étale largement sur la poignée avec une éponge, on frotte un peu puis on rince abondamment à l'eau, non seulement pour l'odeur, mais aussi pour éviter une éventuelle dégradation du liège par l'eau de Javel (je dis bien "éventuelle", car je n'ai encore pas constaté de problème... Mais dans le doute, ne t'abstiens pas de rincer à grande eau !).

Pour finir avec les poignées en liège, une fois parfaitement sèche, on pourra reboucher les trous à la pâte à bois (ça dure ce que ça dure, mais ça fais plus joli au début...). Une dernière chose, qui permet de reculer le moment du prochain nettoyage, est d'imprégner le liège de paraffine. Pour cela, chauffer avec un briquet le dessous d'une plaque de métal maintenue horizontalement, sur le dessus mettre un petit bout de paraffine qui va fondre (ne pas trop chauffer, c'est pas utile). Avec un chiffon prendre de cette paraffine liquide et l'appliquer rapidement sur la poignée en frottant assez fort. Quand toute la poignée a été traitée, frotter à nouveau celle-ci avec un chiffon propre et sec jusqu'à retrouver l'aspect normal du liège. La poignée ainsi traitée ne prend plus l'eau et la crasse a beaucoup plus de mal à s'incruster. Il n'y a pas de soucis à se faire, la texture du liège et son confort n'en sont pas du tout altérés.
Partager cet article sur :diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Commentaires

avatar
le Jeu 4 Déc 2008 - 11:56blakbas68
bon.........ben ma femme a du boulot!!!
avatar
le Jeu 4 Déc 2008 - 19:31Jean
Yann a raison. L'entretien régulier des cannes nous évite bien des déboires et des dépenses.
Vu le prix des cannes, des moulinets, leur consacrer de temps en temps quelques minutes, est un investissement.
Même pour ceux qui ne résistent pas à la tentation, et qui changent leurs cannes après la lecture d'une pub vantant telle ou telle canne.

Jean
le Jeu 4 Déc 2008 - 19:42miguel
Entretien de routine

Il faut lubrifier de temps en temps les pièces mobiles qui ne sont pas protégées à l'intérieur de carter. C'est très vite fait.
Comme toujours avec les moulinets, le lubrifiant doit être appliqué avec parcimonie.

Ces pièces sont :

- 1/ Le galet guide-fil : une ou deux gouttes d'huile que l'on fait pénétrer sous le galet en le faisant tourner.

- 2/ Les deux pivots de l'anse de panier : une ou deux gouttes d'huile

- 3/ L'axe de la bobine : Enlever la bobine, déposer une ou deux gouttes d'huile sur son axe, puis actionner la manivelle pour la faire pénétrer.




- 4/ Roulement(s) de la roue de commande : dévisser la manivelle, ce qui donne accès au(x) roulement(s).
Déposer une goutte d'huile sur le roulement, remonter la manivelle et faire tourner pour la répartir




Ps vous pouvez faire un entretien plus poussé...
avatar
le Jeu 4 Déc 2008 - 19:53Roger
Excellent, je vais en faire un article, si quelqu'un a des photos ou infos supplémentaires, c'est le moment
le Jeu 4 Déc 2008 - 19:59miguel
Revision complète...

Elle suppose un démontage partiel voire complet du moulinet, avec les risques habituels (perte de pièce, on n'arrive pas à tout remonter, etc.).
Si vous n'êtes pas sûr de vous peut-être vaut-il mieux confier cette révision à votre détaillant.
Si vous décidez de la faire vous-même, vérifiez que vous avez bien le schéma de montage, toujours utile en cas de doute sur l'ordre de remontage des pièces.




Démonter la bobine, ôter le clips qui retient les rondelles de frein. Nettoyer l'intérieur du logement avec un coton tige pour éliminer les traces de poussière ou les grains de sable qui se sont collés sur la graisse.
Si la crasse a séché, trempez le coton-tige dans de l'alcool ou du solvant.
Nettoyez également le dessous de la bobine.

Profitez-en pour inspecter la lèvre de la bobine, qui a pu prendre des chocs et présenter des aspérités. Une petite aspérité peut être rattrapée par une opération de léger ponçage et polissage.



Vérifier les rondelles de frein, qui peuvent avoir besoin d'être nettoyées (par trempage dans un solvant).
Dans ce cas laissez-les bien sécher avant de les lubrifier sans excès avec une huile spéciale pour frein, ou à défaut une huile fine.

Il se peut que certaines rondelles de friction soient écrasées et déformées, auquel cas il vaut mieux les remplacer (notamment pour les moulinets destinés à combattre de gros poissons).

Remontez les rondelles en prenant garde à respecter l'ordre d'origine.
Si vous êtes perdu, sachez qu'il y a alternance entre disque métal et disque de friction, que le disque du bas (en contact avec la bobine) est un disque de friction, celui du haut un disque métal, et que le disque qui possède deux "oreilles" pour l'empêcher de tourner vient généralement au milieu de la pile.
Remettez le clips, voilà pour la bobine.




Desserrer la vis qui retient le galet guide-fil. Attention à bien repérer l'ordre des rondelles et entretoises.

Essuyer la vielle huile sale et en remettre de la neuve sur les surfaces de friction et dans le roulement s'il y en a un.

Remonter le galet en respectant l'ordre des pièces et en serrant bien la vis.

Si l'anse de panier force et si vous sentez des frottements anormaux, il faut la démonter pour nettoyer et lubrifier les deux pivots.

Si elle fonctionne correctement je vous conseille de ne pas la démonter et de vous contenter d'y faire pénétrer une goutte d'huile. C'est le genre de pièce à problème qu'il ne faut démonter qu'en cas de nécessité.



Dévissez la manivelle. Pour ouvrir complètement le carter et accéder au mécanisme, il faut ôter toutes les vis qui tiennent l'éventuel enjoliveur (en bas du carter), puis celles qui tiennent le carter.

Bien souvent cela ne suffit pas et il faut également desserrer l'écrou en laiton qui retient le bol (ou rotor) afin de pouvoir remonter légèrement celui-ci.

Une fois le carter enlevé, retirer la roue commande et le ou les roulements qu'elle comporte sur son axe.

Si la graisse est sale ou figée, ôtez les roulements et nettoyez la roue de commande à la brosse à dent trempée dans un solvant.

Avec un cure-dent, déposer avec parcimonie de la graisse neuve sur les dents de la roue de commande. l'engrenage doit être bien graissé mais sans excédent.

Huilez les roulements avec une huile spéciale ou une huile pour machine à coudre.



En enlevant la roue de commande vous avez sans doute dégagé le mécanisme de va-et-vient (1), qui est solidaire de l'axe de bobine par une petite vis. Ôtez cette vis et retirer l'axe par le haut, ce qui permet enfin d'enlever complètement le rotor.

Si besoin est, ôtez le mécanisme de va-et-vient pour le dégraisser et le regraisser.

Pour pouvoir sortir le pignon principal (2), il faut d'abord enlever l'anti-retour infini (3) qui est fixé par plusieurs vis.

Évitez de l'ouvrir, mais si cela arrive et que les rouleaux métallique s'échappe, il faudra les remettre en place avec une pince à épiler (en principe ils sont collés par la graisse).

Pour éviter ce problème, veillez à extraire la bague qui se trouve au centre de l'anti-retour en même temps que celui-ci, elle empêchera les rouleaux de tomber.


Vous pouvez enfin extraire par le haut le pignon principal et son roulement.

Faire passer un coton-tige dans le pignon pour essuyer la vieille huile.
Éliminer la vieille graisse de l'engrenage et en remettre de la neuve.

Huiler le roulement et l'intérieur du pignon. Il est temps de commencer le remontage.

Procédez dans l'ordre exactement inverse, en vous assurant bien à chaque étape que le mécanisme fonctionne et tourne librement.
Veillez au bon alignement de la roue de commande et du va-et-vient.

Un coup de chiffon pour enlever le film huileux qui recouvre sans doute votre moulinet, et le voilà reparti pour quelques années de bons et loyaux services.
avatar
le Jeu 4 Déc 2008 - 21:16Invité
de tres bons articles qui ne sont pas a négliger !!!! surtout qu'en période d'hiver cela permet d'être proche de son matos en l'utilisnat d'une manière différente
avatar
le Dim 8 Sep 2013 - 16:18LCA
super sujet merci !
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum